comment vivre dans les années 40

Vie d'antan -

Ces 3 femmes vivent dans le passé !

de lecture - mots

Le resserrement du crédit, une épidémie de criminalité au couteau - pas étonnant que nous soyons si nombreux à en avoir marre du XXIe siècle. La plupart d'entre nous se contentent de râler, mais certaines femmes ont pris des mesures radicales pour échapper à ce qu'elles considèrent comme la corvée sans âme de la vie moderne. Rencontrez les "épouses de la guerre du temps", qui pensent que la vie, en particulier le mariage, était bien plus simple dans les années 30, 40 et 50.

Vivre comme dans les années 50 : le cas de Joanne Massey

Joanne Massey, 35 ans, vit dans une reconstitution d'une maison des années 1950 à Stafford avec son mari Kevin, 42 ans, qui travaille comme designer d'applications graphiques. Joanne est une femme au foyer. Elle dit :

« Je n'aime rien de mieux que de mettre mon petit tablier autour de ma taille et de faire un gâteau pour Kevin dans ma cuisine des années 50. »

« Je mets de la jolie musique de Frank Sinatra et je suis complètement perdue dans mon propre petit monde de fantaisie. Dans notre mariage, je suis une véritable dame et Kevin est le soutien de famille et mon protecteur. »

joanne massey

Joanne Massey : « Vivre comme ça me rend plus heureuse. »

Nous sommes mariés depuis 13 ans et nous sommes extrêmement heureux parce que nous connaissons tous les deux nos rôles. Il n'y a pas la lutte pour l'égalité que je vois dans tant de mariages aujourd'hui.

Qu'y a-t-il de mal à vouloir être adoré et gâté ? Si je vois un chapeau qui me plaît, je dis : "Oh, on ne peut pas se le permettre" et Kevin me dit : "Tu peux l'avoir, je vais te le payer".

Je ne mets même pas d'essence dans notre voiture Ford Anglia, qui a 43 ans, parce que je trouve cela très peu digne d'une dame. Je demande à Kevin de le faire.

Je m'assure que notre maison est immaculée, qu'il y a un dîner sur la table et que je suis jolie pour accueillir mon mari à la maison.

Ma cuisine est un modèle original de la " English Rose ", avec des éléments en métal, ce qui était très tendance à l'époque.

Nous l'avons achetée à une famille en Écosse qui a vu notre annonce dans un magazine d'antiquités.

Ils l'avaient dans leur garage pour ranger les outils, elle avait donc besoin d'être rénovée. J'ai un mixeur Kenwood d'origine, le téléphone est en bakélite rose vif et même ma vaisselle est d'origine des années 1950.

Joanne Massey

« Je me sens comme si je vivais dans une de ces émissions de télévision à l'ancienne où tout est toujours merveilleux. »

Nous avons fait fabriquer le tapis du hall avec un authentique motif géométrique tourbillonnant. J'aime bien fermer la porte d'entrée, enlever mes gants et savoir que je suis dans mon propre monde.

Je ne porte que des vêtements des années 1950, comme des jupes-crayons serrées, un chemisier blanc et une large ceinture.

Kevin porte des vêtements "modernes" pour le travail, mais le week-end, il porte un costume élégant et un trilby.

J'admets que je suis en retrait du 21e siècle. Lorsque je regarde la réalité du monde d'aujourd'hui, avec toute la violence, la cupidité et le matérialisme, je frémis. Je ne veux pas vivre dans ce monde.

joanne massey

Joanne estime que la vie moderne est trop mouvementée et préfère prendre son temps

Aucun de nous ne boit et notre vie sociale tourne autour de la visite d'amis partageant les mêmes idées pour le thé et les gâteaux.

J'essaie de ne pas trop interagir avec le monde moderne. Faire les courses dans les supermarchés est une épreuve, et je n'ai réalisé que récemment que Tony Blair n'est plus Premier ministre car je ne lis pas les journaux - ils sont tout simplement trop pénibles.

Nous avons bien un téléviseur, mais nous le cachons dans un meuble rétro et nous ne regardons que des choses comme Miss Marple, Poirot et Foyle's War.

Mon obsession a commencé à l'adolescence, lorsque j'aimais les vieux films parce qu'ils semblaient représenter des jours heureux, où les femmes étaient plus féminines et les hommes plus protecteurs.

Joanne Massey

Joanne ne porte que des vêtements des années 1950 et ses meubles sont également de l'époque

Je suis allé dans un lycée et j'aurais pu aller à l'université, mais j'ai choisi de travailler dans une banque.

Je comptais sur le temps avant de rencontrer la bonne personne. Kevin et moi nous sommes rencontrés en 1993 lors d'une convention des années 50, et nous nous sommes fréquentés à l'ancienne avant qu'il ne me demande en mariage.

J'étais aux anges, car j'avais trouvé quelqu'un qui avait la même passion pour cette période.

La société d'aujourd'hui est toute en agitation, en précipitation, en urgence, alors que j'aime prendre mon temps. Je ne quitte jamais la maison sans rouge à lèvres, et j'aime aussi aider les voisins - en percevant leur pension et en faisant des courses pour eux, comme le faisaient les femmes dans les années 50.

Cela peut paraître idiot, mais vivre ainsi me rend vraiment plus heureuse - comme si je vivais dans une de ces émissions de télévision à l'ancienne où tout est toujours merveilleux.

Mon désespoir face au monde moderne est l'une des raisons pour lesquelles nous n'avons pas eu d'enfants.

Je serais terrifiée à l'idée qu'on leur propose de la drogue ou qu'ils soient victimes de violence.

Certaines femmes que je rencontre me demandent si je me sens traitée avec condescendance en étant une femme au foyer et en passant mon temps à m'occuper de Kevin, mais je ne me sentirai jamais ainsi.

Au travail, on le taquine parce qu'il est le seul à avoir des gâteaux faits maison et même de la confiture maison dans ses sandwiches.

Mais je me demande souvent si ses collègues ne sont pas un peu jaloux qu'il ait une femme qui se consacre à son bonheur. Combien d'hommes peuvent vraiment dire cela de nos jours ?

Vivre comme dans les années 40 : Debbie Cleulow

Debbie Cleulow, 34 ans, vit à Upper Tean dans le Staffordshire avec son mari Martin, 38 ans, qui travaille pour un entrepreneur de JCB. Debbie dit :

« Quand je vois une fille qui marche dans la rue, vêtue de presque rien, je me dis : "Pourquoi n'as-tu pas plus de respect pour toi-même ?" »

« D'autres femmes peuvent rire de ma détermination à rendre ma maison parfaite pour mon mari, Martin, mais j'aime passer mon temps libre à faire des gâteaux et à coudre. »

Debbie Cleulow

Debbie Cleulow : « J'essaie de rendre ma maison parfaite pour mon mari »

Je crois vraiment que les femmes d'aujourd'hui ont perdu leur voie, avec des filles qui aiment se mettre une cuite éclair, et des enfants de 11 ans seulement qui se promènent dans de minuscules hauts.

L'âge de l'innocence a été perdu et c'est vraiment dommage. Mon idole est Ava Gardner et quand je regarde ses films - comme je le fais tout le temps - je pense que tant de choses ont été perdues dans la société d'aujourd'hui.

J'ai fait de ma maison un sanctuaire des années 40, et je ne porte que des vêtements de cette décennie. Les autres se moquent peut-être de moi, mais je m'en fiche complètement.

Je pense que j'ai un mariage bien plus heureux que beaucoup d'autres personnes que je rencontre, parce que nous avons des démarcations strictes dans nos rôles.

Je fais tout le ménage, le repassage, la lessive et la cuisine, et Martin installe les étagères et s'occupe de la voiture. Il est le soutien de famille et je lui crée un environnement agréable - et affectueux.

J'ai rencontré Martin quand j'avais 17 ans - nous vivions dans le même village - et il a été mon seul petit ami sérieux.

C'est tellement plus romantique de n'avoir jamais été amoureuse que d'un seul homme. Mon obsession pour les années 40 a vraiment commencé à travers Martin, car il allait déjà aux soirées années 40 lorsque nous nous sommes rencontrés.

J'ai passé tant d'heures heureuses à me procurer des meubles et des gadgets de cuisine rétro pour notre maison, et peu à peu nous éradiquons toute trace de l'ère moderne.

Debbie Cleulow

Debbie et son mari attirent beaucoup l'attention lorsqu'ils quittent la maison

Nous avons un vieux téléphone noir en bakélite, j'utilise une bouilloire Swan rétro et un service de table complet des années 1940 que mes parents nous ont acheté dans un centre d'antiquités.

J'ai hérité de mes grands-parents notre ensemble de chambres à coucher en chêne. Elle porte la marque d'utilité "CC41", qui indique qu'elle est conforme au critère de rationnement de l'époque.

De même, certains de mes vêtements sont estampillés de la même marque. Je porte des robes vintage pendant la journée, et le soir et le week-end, je m'habille avec des robes de soirée en satin à talons hauts, ce qui est très glamour.

Je ne songerais jamais à quitter la maison sans gants et sans chapeau. Quand nous sortons, nous attirons beaucoup l'attention et certaines personnes rient, mais je pense que c'est leur problème.

Nous ne sommes pas amis avec ceux qui ne partagent pas notre amour des années 40. Certains pourraient penser que je me cache la tête dans le sable, que je reviens à une époque révolue depuis longtemps.

Mais pour moi, les années 40 ont été une époque où les gens étaient beaucoup plus amicaux les uns envers les autres - ils se souciaient vraiment de leurs voisins.

À l'heure actuelle, je connais à peine les gens qui vivent à côté de nous. Bien sûr, je ne suis pas luddiste au point de ne pas utiliser les médicaments modernes et les autres conforts de la vie moderne quand j'en ai besoin, mais je trouve un véritable bonheur à vivre à une époque où la vie était plus simple.

Mon travail est de me consacrer à Martin. Il a un travail physique et stressant et il aime rentrer à la maison avec une femme qui est jolie, qui prépare son repas dans une maison immaculée et qui a tout le temps du monde pour lui.

Vivre comme dans les années 30 : Diane Rowlands

Diane Rowlands, 38 ans, travaille à temps partiel dans un centre de service après-vente. Elle vit avec Martin, qui a 40 ans et travaille dans un entrepôt. Diane dit :

« Mon amour pour les années 30 a commencé avec la musique. Adolescente, j'adorais écouter le son des big bands et je restais assise, enchantée, pendant des heures à regarder des films mettant en vedette Fred Astaire et Ginger Rogers. Ils étaient tellement glamour. »

« À l'époque, le monde semblait plus ensoleillé, même si c'était une période austère de l'entre-deux-guerres. »

Diane Rowlands

Diane Rowlands : « Idéalement, je passerais toute la journée dans mon tablier. »

Les femmes étaient ces créatures étonnamment glamour, avec leurs cheveux parfaits et leur maquillage immaculé, et elles étaient traitées avec un tel respect par les hommes.

Les hommes et les femmes connaissaient leur rôle dans la société et il n'y avait pas toute cette pression sur les femmes pour qu'elles doivent aller travailler et essayer d'être égales aux hommes.

Je travaille à temps partiel, mais seulement parce que nous avons besoin d'argent. Cependant, nous avons toujours des rôles clairement définis au sein du foyer et je suis celle qui fait la plus grande partie de la cuisine et du nettoyage.

J'adore faire des gâteaux et si j'avais le choix, je passerais toutes mes journées dans mon tablier, pour que ma maison ait l'air immaculée.

Martin et moi passons des heures à nous approvisionner en vêtements des années 1930 et je suis toujours habillée en costume d'époque.

Je dépense généralement entre 50 et 150 livres sterling par article. Je les achète sur Internet et auprès de spécialistes des vêtements d'époque, et ma garde-robe est remplie de merveilleux vêtements anciens et d'articles tels que des chapeaux cloche et des chaussures Mary-Jane à lanières en T.

Au début, j'étais un peu sceptique à l'idée de sortir habillé de vêtements des années 30, mais je m'y suis totalement habitué maintenant.

Diane Rowlands

« Qui veut du thé ? »  Diane passe des heures sur Internet à rechercher des articles pour son style de vie des années 1930

Les remarques des étrangers peuvent être assez salaces, cependant, parce que les gens n'aiment pas ce qui sort de l'ordinaire.

Les années 30 étaient une époque beaucoup plus morale et il y avait une véritable camaraderie entre les gens.

J'essaie de m'échapper de la situation actuelle et je lis rarement les journaux parce que je trouve le monde d'aujourd'hui si déprimant.

Le rythme de vie actuel est tellement effréné et je pense qu'il y a tellement de pression sur les femmes pour qu'elles soient comme les hommes. Tout cela est faux.

J'aime porter des robes et des jupes, avoir l'air immaculé et être traitée comme une dame. Ma maison est entièrement décorée avec des meubles, du papier peint, des tapis et des ornements des années 1930.

Se retirer dans ce monde est notre sanctuaire.

newsletter planète vintage


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être affichés

Recevez nos articles dans votre boite email ainsi que l'ebook « Le Guide Ultime de la Route 66 » GRATUITEMENT.